Panne de médecins du travail en France ?

Difficile de tenir le cap de la visite médicale du travail tous les deux ans :

  • « trop de salariés à suivre» disent certains médecins en interentreprises
  • « pas assez de créneaux pour nos salariés» disent les employeurs, « difficile de tenir la cadence des contrats courts, vacations, CDD, intérim »
  • « difficile de recruter des médecins malgré les aménagements juridiques réguliers en la matière »

La législation sur la médecine de Prévention et du travail évolue et a déjà permis la mise en place des équipes pluridisciplinaires en 2012 ;  institution des entretiens infirmiers,  repoussant à 4 ans la visite avec le médecin dans les cas classiques, institution du statut de médecin collaborateur …

Parmi les 50 nouvelles mesures appartenant « au choc de simplification » annoncées par F.Hollande fin Octobre, entrevoyait-on la possibilité pour les médecins traitants de se substituer au médecin du travail pour le suivi des salariés en entreprises. Nous arrivons à un seuil critique de départ en retraite de cette population, est-ce la bonne solution ?

Parmi les questions qui se posent :

  • Comment sera-t-il formé ? Le statut de collaborateur demande 4 ans d’investissement
  • Comment le médecin généraliste pourra-t-il envisager l’environnement de travail du salarié ?
  • L’objectif est la simplification des démarches pour les employeurs, mais comment fera-t-il alors pour communiquer avec l’ensemble des généralistes affectés au suivi de ses salariés ?

Syndicats de médecins comme patronat ne semblent pas y trouver leur compte, le débat reste ouvert.